Des approvisionnements durables en matières premières critiques cruciales pour l'industrie européenne

Les députés souhaitent que l’UE soit moins dépendante des importations de matières premières critiques cruciales pour ses industries stratégiques.

Un homme travaille sur un panneau photovoltaique dans une entreprise en France. ©CHARLY TRIBALLEAU / AFP
©CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Pour devenir plus numérique, efficace sur la plan énergétique et climatiquement neutre, l'UE aura besoin de matières premières critiques (MPC) telles que le lithium et le cobalt pour la construction de batteries et de moteurs électriques. Ces technologies permettent le développement de secteurs stratégiques : les énergies renouvelables, la voiture électrique et le numérique.

 

Les transitions verte et numérique entraîneront également une demande accrue de MPC (d’ici 2050, la demande de lithium de l’UE pourrait être jusqu’à 21 fois supérieure à celle de 2020).


Les chaînes d'approvisionnement mondiales déjà fragilisées ont été fortement frappées par la pandémie de Covid-19. En effet, la crise a entraîné des pénuries de matières premières critiques en Europe et l'industrie a eu bien des difficultés à sécuriser l'accès aux ressources.

 

La guerre de la Russie contre l’Ukraine et la politique commerciale et industrielle chinoise de plus en plus agressive font que le cobalt, le lithium et d’autres matières premières sont devenus un problème géopolitique.

 

Inverser la dépendance de l'UE aux importations

 

La forte dépendance de l’UE aux importations provenant de sources uniques et la diminution du nombre de fournisseurs rendent sa chaîne d'approvisionnement vulnérable. 

 

La Chine produit actuellement 86 % de l’approvisionnement mondial en terres rares. L’UE importe 100 % de son approvisionnement en éléments de terres rares lourdes de Chine, 98 % de son bore de Turquie et 71 % de son platine d’Afrique du Sud.

 

Bien que la Chine reste un fournisseur majeur de l’UE, certaines matières premières proviennent de l’UE. Par exemple, le charbon à coke et le cuivre proviennent de Pologne, l'arsenic de Belgique, le hafnium de France, le strontium d'Espagne ou le nickel de Finlande.

 

En décembre 2023, le Parlement a adopté sa position sur les règles relatives aux matières premières critiques, à la suite d'un accord informel avec le Conseil. Le texte vise à garantir que davantage de matières premières soient extraites, transformées et recyclées dans l'UE.

 

Les règles fixent certains critères pour la consommation annuelle de l'UE d'ici 2030 :

- l'UE devrait extraire au moins 10 % des matières premières qu'elle consomme ;

- l'UE devrait produire, par transformation, au moins 40 % de sa consommation annuelle de matières premières stratégiques ;

- grâce au recyclage des déchets, l'UE devrait être capable de produire au moins 25% de sa consommation annuelle.

 

L’UE va également :

- diversifier ses sources d'approvisionnement en matières premières critiques et réduire sa dépendance à l'égard de quelques pays tiers ;

- réduire les formalités administratives, permettre davantage d'innovation et accroître le rôle des produits de substitution tout au long de la chaîne de valeur ;

- soutenir davantage de petites entreprises, fournir des incitations économiques pour que les entreprises investissent et produisent en Europe, davantage de recherche et de développement de matériaux alternatifs et des méthodes d'exploitation minière et de production plus respectueuses de l'environnement ;

- garantir des partenariats stratégiques à long terme avec des pays tiers afin d'améliorer le transfert de connaissances et de technologies, la formation et le perfectionnement des compétences pour de nouveaux emplois.

 

D'ici 2030, aucun pays tiers ne devrait fournir plus de 65 % de la consommation annuelle de l'UE en matières premières stratégiques, que ce soit sous forme brute ou à quelque stade que ce soit de la transformation.

 

Recyclage des matières premières dans l'UE

 

Les matières premières pouvant être recyclées à partir de produits plus anciens sont appelées matières premières secondaires. La nouvelle législation encouragera le recyclage et la récupération des matières premières critiques issues des flux de déchets miniers, de transformation et commerciaux afin de garantir un accès fiable, sécurisé et durable à celles-ci ainsi que d'accroître le déploiement de matières premières de substitution.

 

Apprenez-en davantage sur l’importance et les avantages d’une économie circulaire

 

Le secteur des matières premières a fourni près de 3,5 millions d'emplois dans l'UE en 2017. La transition vers une économie plus circulaire pourrait créer une augmentation nette de 700 000 emplois dans l'UE d'ici 2030.

 

Contexte

 

La Commission européenne a présenté la législation sur les matières premières critiques en mars 2023. Le Parlement européen a adopté le texte de l'accord provisoire avec le Conseil lors d'une séance plénière le 12 décembre. Le Conseil doit approuver formellement le texte final avant qu'il ne puisse devenir loi.

 

D’autres articles sur l'économie circulaire :