| Glossaire |

L'EUROPE ET LA FORET - TOME 3
TROISIÈME PARTIE : MONOGRAPHIES
     Finlande
         1 - LA SITUATION FORESTIÈRE ACTUELLE : APERÇU DU CONTEXTE ET APPRÉCIATION DES PRINCIPALES CONTRAINTES
            1.2 - La sylviculture et les programmes de reboisement


1.2 - La sylviculture et les programmes de reboisement


Comme les autres pays nordiques, la Finlande ne connaît pas de problèmes d'érosion et la régénération naturelle des résineux boréaux y est facile.

Actions sylvicoles et d'amélioration forestière entre 1992 et 1994
Type de travaux
1992
1993
1994
Surface parcourue (1000 ha), en :
      Nettoiement des surfaces en régénération
      Scarification
      Régénération artificielle
      Plantation en regarnis
      Fertilisation
      Drainage
      Entretien du drainage
Construction de routes forestières (km)
 
106  
119  
123  
242  
5  
35  
74  
3 856  
 
93  
121  
111  
232  
4  
26  
80  
4 196  
 
78  
120  
108  
167  
6  
17  
82  
3 238  
Coût total (millions de FIM)
1 262
1 143
1 008
Source: Finnish forest research institute.

La régénération naturelle est toujours prioritaire, dès lors que sa dynamique paraît prometteuse : qualité du peuplement, vitalité des semis naturels, absence de concurrence trop forte de la végétation environnante. Sinon, la régénération est assurée par reboisement ou ensemencement artificiel, semis ou plantation. De nombreuses pousses naturelles se développent également dans ces plantations, contribuant à créer des forêts mixtes. L'usage de produits chimiques étant peu répandu en pépinière, les forêts plantées se développent dans des conditions très voisines des forêts poussant naturellement. La régénération naturelle ou la méthode des coupes d'abris sont utilisées sur 40 à 60 000 ha/an. 110 à 120 000 ha sont plantés ou semés chaque année, presque exclusivement en essences autochtones. En forêt privée, la surface moyenne des plantations est d'un peu moins de deux hectares.

Des travaux sylvicoles sont conduits sur 210 000 ha de jeunes peuplements chaque année. Près de la moitié des mares de la forêt finlandaise ont été drainées pour améliorer les pratiques sylvicoles, mais ce type d'intervention tend à se réduire, de même que la fertilisation.

Les éclaircies sont un des volets importants de la sylviculture finlandaise. Afin de favoriser le développement naturel de la forêt, il est indispensable de procéder à deux à quatre éclaircies par révolution. L'éclaircie a pour but de favoriser la croissance des arbres d'avenir. 25 % de la quantité du bois abattu annuellement provient des coupes rases, 25 % des coupes liées à la régénération naturelle et 50 % des éclaircies.

Évolution des surfaces passées annuellement en coupe entre 1992 et 1994
Type de coupe (1 000 ha)
1992
1993
1994
Éclaircies
Coupes rases
Coupes progressives
Coupes définitives
Autres coupes
138  
127  
43  
36  
7  
141  
106  
46  
38  
9  
260  
147  
71  
50  
14  
Total
351  340  543  
Part de la surface boisée
1.5%  1.5%  2.4%  
Source : Finnish forest research institute.

Les travaux sylvicoles ont beaucoup évolué depuis l'après-guerre. Le taux de mécanisation continue à augmenter, et devrait atteindre 90 % avant l'an 2000. L'amélioration de la productivité qui en a résulté est considérable : celle du débardage a été multipliée par 17, celle de la coupe par 12. De 1965 à aujourd'hui, le rendement annuel est passé de 1 200 à 15 000 m 3 / homme / an.

Au cours des dernières décennies, le développement rapide des techniques utilisées en foresterie a permis d'effectuer des éclaircies mécanisées économiquement et écologiquement acceptables. Les pays nordiques y intègrent un classement des bois abattus et développent l'utilisation de tracteurs forestiers dont les pneus sont faiblement pressurisés. Ces précautions limitent le tassement du sol et la détérioration des plantations au débardage.

L'assainissement des marécages a permis d'agrandir considérablement la surface des terrains forestiers et, par ce fait même, la croissance des forêts a été plus rapide que les coupes effectuées. La politique forestière menée à long terme a donc donné les résultats escomptés, c'est-à-dire une meilleure qualité et un accroissement généralisé des forêts, ainsi que des résultats encore jamais obtenus depuis soixante-dix ans.





| Glossaire |