Marc BOTENGA
Marc BOTENGA

Le groupe de la gauche au Parlement européen - GUE/NGL

Membre

Belgique - Parti du Travail de Belgique (Belgique)

Date de naissance : , Bruxelles

Accueil Marc BOTENGA

Membre

ITRE
Commission de l'industrie, de la recherche et de l'énergie
DACP
Délégation à l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE

Membre suppléant

AFET
Commission des affaires étrangères
EMPL
Commission de l'emploi et des affaires sociales
COVI
Commission spéciale sur la pandémie de COVID-19: Leçons tirées et recommandations pour l’avenir
DPAL
Délégation pour les relations avec la Palestine

Dernières activités

Aboutissement de la modernisation du traité sur la Charte de l'énergie (RC-B9-0498/2022, B9-0498/2022, B9-0502/2022, B9-0510/2022, B9-0513/2022, B9-0536/2022)

24-11-2022
Explications de vote écrites

Ce n'est pas la première fois que nous demandons à la Belgique et à l'Union européenne de se retirer du Traité de la Charte de l'énergie (TCE). Cet accord international est une aubaine pour les multinationales fossiles. En raison de son système de résolution des litiges entre les pays et les entreprises du secteur de l'énergie, les sociétés qui exploitent des gisements de pétrole, des gazoducs et des centrales électriques au charbon peuvent intenter une action en justice contre les États qui adoptent des lois pour lutter contre le changement climatique et limiter les émissions de CO2. Le nombre total d'actions en justice s'élève déjà à 143, dont beaucoup concernent les politiques de décarbonisation des pays. Mais ce chiffre pourrait être bien plus élevé : rien qu'en Europe, les infrastructures fossiles protégées par le traité représentent €344,6 milliards. En avril 2022, le Groupe d'experts intergouvernemental sur le climat (GIEC) a pour la première fois qualifié le TCE et le système de règlement des différends d'obstacles sérieux à l'atténuation de la crise climatique. Nous demandons à la Commission d'organiser une sortie conjointe de tous les États membres, ainsi que de l'Union européenne, pour que les pays puissent développer pleinement leur lutte contre le changement climatique.

Évaluation du respect par la Hongrie des conditions relatives à l'état de droit prévues par le règlement relatif à la conditionnalité et état d'avancement du PRR hongrois (B9-0511/2022)

24-11-2022
Explications de vote écrites

Les dérives autoritaires et les attaques aux libertés fondamentales du gouvernement de Viktor Orban sont un sujet de débat récurrent au sein du Parlement. Il est logique de s'en inquiéter. Pour faire pression sur la Hongrie, la Commission menace la Hongrie de sanctions financières, en refusant de débourser des fonds pour son plan de relance et des programmes européens si le pays ne mène pas à bien des réformes structurelles, notamment pour assurer une plus grande indépendance de la justice et garantir une lutte contre la corruption digne de ce nom. Bien que cette résolution du Parlement demande à ce que ces lourdes mesures de rétorsion ne touchent pas la population, je crains qu’on ne puisse l’éviter. Qui plus est, ces sanctions ou menaces, instrumentalisées par le gouvernement local, peuvent parfois l’effet inverse à celui recherché. Elles peuvent en effet renforcer le soutien populaire au dirigeant, qui galvanise ses supporters en se présentant en ‘résistant’ face aux chantages de la Commission. Le véritable et nécessaire changement en Hongrie ne viendra pas des pressions de la Commission, mais des mobilisations des citoyens qui se battent pour défendre leurs droits.

Protection de l’élevage et des grands carnivores en Europe (RC-B9-0503/2022, B9-0503/2022, B9-0504/2022, B9-0509/2022, B9-0514/2022, B9-0518/2022, B9-0519/2022, B9-0520/2022)

24-11-2022
Explications de vote écrites

Le loup bénéficie actuellement d’un statut de protection juridique relativement strict, considéré nécessaire à la conservation de son espèce, très vulnérable et fragile en Europe. Sous le coup d'amendements de la droite conservatrice, ce texte remet en cause ce statut de protection. C'est un pas en arrière qui ne répond en rien aux besoins locaux. Nous devons au contraire prôner une véritable gestion de ces espèces avec le milieu pastoral. La préservation des grands carnivores européens comme le loup, mais aussi l’ours et le lynx demandent des moyens financiers et humains sérieux pour mettre en place et maintenir les outils de cohabitation. L’électrification et le renforcement des clôtures, la formation et la mise au troupeau de chiens de protection mais aussi des solutions spécifiques et suivies pour chaque animal et chaque territoire doivent être financées. La compensation rapide et efficace des pertes et dégâts causés par ces espèces quelles que soient leur nature est également indispensable.

Contact

Bruxelles

Parlement européen
Bât. ALTIERO SPINELLI
04G351
60, rue Wiertz / Wiertzstraat 60
B-1047 Bruxelles/Brussel
Strasbourg

Parlement européen
Bât. SALVADOR DE MADARIAGA
G00003
1, avenue du Président Robert Schuman
CS 91024
F-67070 Strasbourg Cedex